Le carême 2019. (Le désert…)

Le carême touche à sa fin, peut-être pourrions nous revenir sur le chemin que ce temps privilégié nous invite à parcourir.


Le désert est le symbole qui nous accompagne durant ce carême et le sable est le support de notre marche.

Il n’a d’abord pu recueillir que nos cendres le mercredi des cendres  (6 mars).

 

Premier dimanche, les cailloux nous font chuter

Le 1er dimanche de carême, le désert a laissé émerger les cailloux qui nous font chuter, particulièrement la tentation de la possession (10 mars).

 

Le désert, rencontre de Dieu

Dès le 2ème dimanche, le récit de la Transfiguration nous révèle le désert comme lieu de rencontre avec Dieu. C’est là qu’y apparaît le Christ venant accomplir la Loi et les prophètes (17 mars).

 

 

Troisième dimanche : Avec la patience de Dieu…

Dans un désert, il est normal que le figuier ne porte pas de fruit, mais avec la patience de Dieu, tout est possible.

Tel est le message du 3ème dimanche de carême (24 mars).

 

 

 

Quatrième dimanche, la table de Dieu nous accueille

Au 4ème dimanche, la parabole du fils prodigue nous montre la table de Dieu, toujours prête à nous accueillir, quel que soit l’usure du vêtement de notre cœur (31 mars).

 

 

 

 

 

 

Cinquième dimanche, prolongeons le chemin…

Cinquième dimanche

Enfin au 5ème dimanche, la femme adultère voit sa vie refleurir avec le pardon du Christ. Notre partage pour le CCFD-Terre solidaire dit notre foi que la solidarité humaine s’appuyant sur l’Evangile peut relancer la vie dans les régions où elle est tellement fragile (7 avril).

 

Il nous reste à prolonger ce chemin jusqu’au bout, même s’il mène à la mort, car la voie déjà parcourue nous permet d’oser croire qu’en fin de compte, c’est la vie du Christ ressuscité qui va transformer le désert en plaine fertile.

 

 

Vous pouvez voir les photos de cet article (et quelques autres) sur l’album photo de la paroisse