« Pour vous, qui suis-je ?» 

 

Avant d’aborder son chemin vers Jérusalem où il sait que sa mort est programmée, Jésus fait le point avec ses disciples pour savoir ce que les gens pensent de lui : une sorte de sondage d’opinion. Les réponses que lui rapportent les disciples révèlent que la population inscrit Jésus dans la lignée des prophètes qui ont été persécutés : Jean le Baptiste, décapité il y a quelque temps seulement par Hérode, Elie autrefois, obligé de fuir la colère de Jézabel, femme d’Achab, roi d’Israël ; Jérémie considéré par ses contemporains comme traître à la nation et jeté dans une citerne asséchée. Mais Jésus ne se satisfait pas de l’opinion public. Il met ses disciples au pied du mur : « Pour vous qui suis-je » ? Après ces deux ou trois ans passés ensemble, après avoir vu les signes que j’ai accomplis, entendu mes paroles et mes enseignements, qu’avez-vous découvert de ma véritable identité ? C’est Simon, le pécheur de Capharnaüm sur la mer de Galilée qui prend la parole au nom du groupe : « Tu es le Christ, le fils du Dieu vivant ». Pour un juif de l’époque, affirmer que Jésus est le Christ, c’est une profession de foi extraordinaire qui n’est possible qu’avec l’aide de Dieu lui-même. Simon connaît les Ecritures, l’annonce du Messie. Il opère un lien entre ce qu’il a saisi de Jésus et les traits du messie promis dans les Ecritures. Il a perçu la proximité intime, filiale, entre Jésus et le Dieu Vivant. Jésus n’est pas seulement un guérisseur, un rabbi à la parole percutante et lumineuse. Jésus peut alors compter sur la foi de Simon et lui confier une mission. Il s’appuie sur lui comme sur un rocher : « tu t’appelleras Pierre », un nom qui signifie une charge, celle de rassembler des hommes et des femmes pour constituer l’Eglise, la communauté des croyants qui miseront leur vie sur Jésus, le messie, le fils du Dieu vivant. Mais que peut bien contenir aujourd’hui ce titre de messie ? C’est à travers les faits et gestes, les paroles de Jésus que Simon l’a reconnu. Ce Christ, c’est celui qui remet l’homme debout, qui éveille les forces de vie enfouies en chacun, qui croit en la capacité de chacun de progresser. Celui qui est rempli de compassion devant toute souffrance, individuelle ou collective, qu’il s’empresse de soulager, de soigner. Celui qui accompagne ses frères dans les traversées tempétueuses de leur vie, celui qui renverse toutes les barrières sociales, religieuses, raciales et met en valeur la qualité du cœur. Celui qui révèle un Dieu proche de l’homme, l’invitant à entretenir une relation filiale avec lui. Jésus nous pose la question aujourd’hui : « pour vous, qui suis-je ? » Il attend de nous une réponse qui nous engage à sa suite pour prendre ensemble, avec son Eglise, son style de vie au milieu du monde.