« Je suis la Porte » (Jean 10/9-10)

Dans cette période d’épidémie meurtrière où chaque soir, nous entendons l’annonce du nombre de décès du jour, il est paradoxal d’entendre une autre parole qui nous vient de Jésus lui-même à travers l’Evangile de ce dimanche « Je suis venu pour que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en abondance ». Tout homme désire accéder à cette plénitude de vie, mais comment y parvenir ? Par quel chemin ? Jésus nous dit « Je suis la porte » qui ouvre sur la vie. Il vient rejoindre toute personne au plus intime de son être, qu’on peut appeler différemment selon les cultures : la conscience, l’âme, le cœur… ce sanctuaire intérieur inviolable où la foi nous invite à reconnaître l’image de Dieu créateur mais aussi la présence du Verbe incarné en Jésus qui imprime sa marque de Fils de Dieu dont l’unique désir est de faire la volonté du Père. C’est Lui, Jésus, présent de cette double manière, parole de Dieu créatrice et Fils de Dieu fait homme, qui est capable d’ouvrir la porte du cœur de tout homme pour le mener à une vie en abondance qui ne s’arrête pas avec la mort. Une vie unique qui ne ressemble à aucune autre car tout homme est unique aux yeux de Dieu comme nos empreintes digitales sont uniques. La foi en la présence du Christ ouvre une porte sur l’avenir, sur une vie en plénitude, la vie des enfants de Dieu, une vie éternelle. Le Christ fait sauter les verrous qui maintiennent la personne prisonnière de ce « moi préfabriqué » disait Maurice Zundel. Il brise la carapace, la coquille secrétée par l’éducation, les codes sociaux et culturels, les attraits du pouvoir, des richesses, des bonheurs illusoires pour y faire demeurer son Esprit d’Amour, principe actif de la vie en abondance. Il rejoint l’homme et ouvre la porte de son cœur par sa parole, la parole du bon berger qui connaît ses brebis personnellement, qui parle à leur cœur, comme il le fait pour la samaritaine. Une parole qui réchauffe, qui attire comme pour les deux disciples d’Emmaüs : « nos cœurs n’étaient-ils pas tout brûlants quand il nous parlait ». C’est la force d’attraction exercée par le Christ en croix : « quand je serai élevé de terre, j’attirerai tout à moi ». La vie en abondance est donnée à tout ceux et celles qui s’ouvrent à l’Esprit répandu sur l’humanité pour une nouvelle naissance à la vie de fils et fille de Dieu. Ouvrons la porte au Christ ressuscité