Prière du mercredi 30 décembre

Voici une proposition de prière pour ce dernier mercredi de l’année. Elle figurait déjà sur la feuille dominicale.
Il y aura peut-être une pause par la suite dans la publication de ces « prières du mercredi ». N’hésitez pas à proposer vos textes, vos intentions pour les semaines à venir.

Pour cette dernière prière de l’année, pourquoi ne pas inviter quelqu’un chez soi, tout en restant prudent pour les raisons sanitaires bien connues.
Pourquoi ne pas aussi faire la prière par téléphone avec quelqu’un, ne fusse que pour une partie ?

Que l’année qui vient voit tout le temps passé devant le Seigneur porter du fruit,

L’abbé Patrick


Le 28 décembre est la fête des Saints Innocents

Seul l’évangéliste saint Matthieu raconte l’épisode du massacre des Saints innocents que l’Eglise célèbre le 28 décembre. De quoi s’agit-il ?

La violence au berceau ! Abomination ! L’épisode se trouve en Matthieu 2, 16-18. Même si ce massacre n’est pas certain historiquement, la folie paranoïaque d’Hérode est, elle, incontestable. Ce genre de projet lui ressemble, lui qui fit assassiner son épouse et plusieurs de ses enfants. Le passage est inséré au cœur de l’épisode de Jésus en fuite avec ses parents en Égypte. Il rejoint ainsi l’événement fondateur du Peuple élu : le massacre orchestré par Pharaon (Exode 1-2). La clé du récit est là. L’enfant Jésus échappe à la mort, comme le fut l’enfant Moïse sauvé par Dieu en vue de sa mission.

Jésus, dès ses premiers instants de vie, revit l’histoire du Salut du Peuple. Jésus est bien le Seigneur qui accompagne le Peuple, de la violence de l’Exode jusqu’à la violence de la Passion. Le massacre des innocents annonce ainsi le massacre de l’Innocent, dont le don sauvera définitivement le Peuple. Jésus, le nouveau Moïse, accomplit ainsi les Écritures. En citant Jérémie 31,15, Matthieu fait allusion à d’autres événements douloureux et violents vécus par le Peuple de Dieu. Des premiers moments de l’histoire d’Israël jusqu’à la naissance du Messie, la violence frappe.

Dieu est innocent de ces carnages, il se met toujours du côté des violentés, solidaires de ceux qui souffrent et leur offrant le Salut. Jésus annonce ce Dieu là, bien plus, il est ce Dieu là !

Ces innocents sont toujours là aujourd’hui, dans les enfants abusés, ceux réduits à l’état d’esclavage, les enfants-soldats, ceux mourant de faim, ceux vivant dans des camps.

Ce mercredi  30 décembre, nous pouvons encore prendre un temps pour les confier à l’Enfant qui vient de naître ; que le Seigneur, à travers des hommes et des femmes de bonne volonté, les protège particulièrement durant l’année qui s’ouvre.

Nous pouvons dire une dizaine de chapelets :

1.- pour les enfants abusés
2.- pour les enfants esclaves
3.- pour les enfants-soldats
4.- pour ceux mourant de faim et vivant dans des camps
5.- pour les enfants en difficulté que nous connaissons