Lettre de l’EAP du 4 novembre

Chers vous tous,

Le temps du confinement est de retour. Ce sont des jours de solitude, de séparation durant lesquels il convient d’être prudent mais aussi de veiller à préserver les liens entre nous en les entretenant autrement.

Cette lettre vise simplement à y contribuer. Durant ce mois de novembre et peut-être pour les semaines suivantes, en espérant que cela ne déborde pas trop, nous vous ferons parvenir cette lettre avec l’un ou l’autre document pour enrichir notre vie spirituelle. Pour cette première semaine, vous sont proposés un commentaire très fin et nourrissant de l’Evangile des vierges folles et des vierges sages de ce dimanche 8 novembre, ainsi qu’une vidéo présentant un tableau de Maurice Denis ; nous pouvons certainement en actualiser le message.

Voici les deux liens pour y avoir accès :

https://www.youtube.com/watch?v=eH2iNfwDjUE

https://croire.la-croix.com/Abonnes/Les-videos-Croire.com/La-foi-dans-l-art/Video-sacre-coeur-crucifie-Maurice-Denis-2018-10-04-1700973758

En fin de ce document, vous trouverez une reproduction du tableau avec le texte de la vidéo retranscrit.

Ci-dessous enfin une prière qui pourra être dite pour nous préparer à la messe du dimanche :

Grande est ta Sagesse, Seigneur Dieu,
et admirable son action.
Elle vient à la rencontre de ceux qui la cherchent
et leur découvre tes chemins.

Nous te rendons grâce
car Jésus Christ est pour nous cette Sagesse.
Il nous conduit vers le Royaume
où nous vivrons devant ta face,
où nous serons pour toujours près de lui,
pour toujours les uns avec les autres.

Grande est ta Sagesse, Seigneur Dieu,
mais grande aussi notre folie !

Quand l’huile de nos lampes vient à manquer,
souviens-toi de Jésus Christ.
En son nom, donne-nous toi-même
ce que tu attends de nous : l’espérance…
Car tu nous aimes
et tu veux exaucer
la prière que ton Fils nous a apprise,
et qui est toujours nouvelle :

NOTRE PÈRE

 

Quelques autres précisions :

  • Chaque dimanche, à partir du 8 novembre, nos deux prêtres célébreront la messe en même temps que la retransmission sur France 2. Comme pour le premier confinement, cela nous permettra de vivre une forme de communion.
  • La messe quotidienne est dite à 11h30 au presbytère, en portant les intentions de la paroisse et celles que vous souhaiterez confier aux prêtres.
  • La maison paroissiale n’est plus ouverte au public pendant tout le mois de novembre et il n’y a pas de permanence à Lacroix. Il reste évidemment le téléphone (03.29.89.02.28).
  • Nous continuons à partager un temps de prière chaque mercredi.
  • Les églises peuvent rester ouvertes.

Nous portant les uns les autres dans la prière et la charité, que ce temps permette de laisser grandir les fruits que Dieu veut pour notre monde.

Bien fraternellement,

L’équipe d’animation pastorale

 

Le sacré cœur crucifié de Maurice Denis est planté au milieu d’un champ de bataille de la guerre 14-18. Par le P. Venceslas Deblock.

Un étrange calvaire se dresse, devant un champ de bataille au calme ambigu. Nous sommes en 1916, et pour les soldats au fond des tranchées, le calme et le silence expriment d’abord l’attente anxieuse entre deux attaques, au cœur d’une guerre enlisée dans la boue et la souffrance. Le soleil se couche et l’obscurité gagne ce paysage désolé.
Le calvaire occupe toute la toile : les bras étendus du Christ embrassent tout le paysage, et la croix plongée dans la terre monte jusqu’au ciel, échappant à l’espace.

Maurice Denis, au cœur de la guerre, exprime ainsi sa foi : dressé au milieu des tranchées, le Christ prend sur lui toutes les atrocités du monde dont il connaît les souffrances et les porte au ciel.

Mort, sa tête s’est affaissée, comme posée sur celle de sa mère, qui a fermé les yeux elle aussi. Marie se penche vers son enfant, et les jambes de Jésus soulignent encore leur proximité. Ce pourrait n’être que la tendre image d’une mère accablée par la mort de son enfant, hommage
aux mères des soldats sacrifiés.

Mais l’artiste nous emmène plus loin : un soleil brille. Cœur du Christ, cœur de la toile, cœur du message. La vie est dans l’amour donné jusqu’au bout. Cet amour qui ne peut pas mourir et qui seul apporte la paix.

Où est la paix ? Au cœur de la Grande Guerre, pour Maurice Denis, elle n’est pas seulement dans l’issue des combats. De toute éternité, elle se trouve dans le Christ au cœur ouvert, elle se trouve dans une humanité unie comme une mère à son fils, elle se trouve dans le don de soi contre la violence des hommes.

P. Venceslas Deblock