Jeudi 23 juillet : ETRE SOLIDAIRE

Lourdes en Meuse

Jeudi 23 juillet : ETRE SOLIDAIRE

Qui sont ma mère, mes frères? (Mt 12, 46-50)

Comme Jésus parlait encore aux foules, voici que sa mère et ses frères se tenaient au-dehors, cherchant à lui parler.
Quelqu’un lui dit : « Ta mère et tes frères sont là, dehors, qui cherchent à te parler. »
Jésus lui répondit : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? » Puis, étendant la main vers ses disciples, il dit : « Voici ma mère et mes frères.
Car celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. »

Méditation

L’’Évangile qui a été choisi mérite un peu d’explication : à première lecture on a l’impression que Jésus refuse de rencontrer sa mère et ses frères venus le voir en disant : « Ma mère et mes frères, ce sont tous ceux qui font la volonté de mon Père… » En fait, en disant cela, il n’exclue pas sa mère, car s’il y en a bien une qui a fait la volonté du Père, c’est bien elle ! Mais en disant cela, il rejette la mentalité de certains juifs qui au nom de leur race sont de manière privilégiée, fils de Dieu…N’oublions pas qu’ils se disaient « peuple élu, race choisie ».

A travers cet évangile, Jésus ne ferme pas son cœur, mais au contraire il l’ouvre à toute l’humanité qui forme ses frères et sœurs. Personne n’est exclu, c’est tout ce sens exprimé par l’une d’entre nous sur cette solidarité que nous vivons à Lourdes : « A Lourdes, nous sommes tous au service et solidaires les uns des autres. Même les malades sont parfois attentifs aux uns et aux autres (j’ai un exemple en tête). Nous sommes tous dans la même dynamique, nous formons une famille, nous faisons équipe, nous faisons « corps ». Peu importe notre milieu social, familial, nous sommes là dans un but bien précis ; nous sommes là avec notre cœur, nous mettons notre vie de côté le temps de quelques jours, pour apporter de la douceur, du réconfort, du bonheur et nous apprenons à dire à l’autre qu’on a besoin de lui, qu’il soit malade, soignant, jeunes ou pèlerins. ».

 

Mais d’une manière peut être moins remarquée, n’est-ce pas ainsi, avec ce bel esprit, que ce confinement nous a fait vivre : Nous nous rendons compte que nous avons des voisins, nous avons le temps même à distance de les écouter, il y a de différentes manières, une prise de conscience quasi unanime des besoins de voisins. Alors, nous pouvons les admirer et en même temps participer là où nous sommes à ces élans de solidarité, de générosité. Construisons un peu de l’esprit de Lourdes là où nous sommes, tels que nous sommes !

Témoignage

 Le confinement ! habituée à vivre seule, je pensais que ce serait facile, mais confinement = privation de liberté, et je pensais à ma fille en chambre stérile pendant de nombreuses semaines.

Je suis dans ma maison, j’ai un jardin, un fils qui vient chaque jour y vivre en dehors de son petit appartement.

J’ai la télévision, le téléphone, internet, je peux communiquer.

J’ai des voisins avec leurs sourires, leurs gestes de la main, les causettes par grillage interposé.

Pourtant, maintenant que cela se prolonge, cela devient pesant; Lassitude, fatigue, manque de la famille, des plus petits que je n’ai pas encore eu la chance de connaître.
Manque aussi de pouvoir m’échapper, changer de décor, rencontrer d’autres visages, mais à mon âge, tout m’invite à rester prudente.

Au début, prier allait de soi, cet événement terrible sur la terre entière, pourquoi ? Comment le Seigneur est-il présent,…. il est vrai qu’il a fort à faire avec tous ceux qu’il doit accueillir, tout en restant proche de tous, chacun selon ce qu’il vit.

On me communique beaucoup de prières, de neuvaines, les prières du Saint Père,; Des intentions me sont proposées……petit à petit, je perds l’envie de lire et relire tous ces documents. La prière n’est-elle que des mots !!!

Il y a cependant les lectures du jour; il y a les messes du dimanche dans cette petite chapelle improvisée qui rassemble pourtant des milliers de personnes, j’y retrouve aussi mes frères et sœurs que je vois rarement.

Ma prière, surtout le soir, devient silence, ils sont nombreux présents dans ma tête …je termine parfois par un Magnificat…..un signe de croix…et même, c’est arrivé, je suis fatiguée, bonsoir Seigneur.

J’ai découvert Lourdes après la mort de mon mari;  l’ambiance chaleureuse, une sensation de détente ont été bénéfiques et c’est en même temps quelques jours de détente qui me deviennent nécessaires; aussi, je ne manquerai pas le Lourdes 2020.

Merci aux organisateurs .

Chantal Rogé

Prière

Je te salue,
Marie de chez nous, femme, ma sœur humaine Par toi Dieu vient s’établir dans la demeure terrestre.
Avec toi, la terre des vivants devient le berceau de Dieu.
Je te salue, Marie de chez nous, femme humble, ma sœur humaine, par toi Dieu s’éloigne du ciel de sa grande puissance.
Avec toi, la terre des vivants devient le trône de Dieu.
Je te salue, Marie de chez nous, femme de chaque jour, ma sœur humaine par toi Dieu vient chercher les oubliés de tous les jours pour les asseoir à tes côtés tout contre ta joue.
Avec toi la terre quotidienne devient espace de temps de Dieu Serviteur des Vivants.