Dimanche de la santé 2019

Témoin d’une bonne nouvelle

Fête de la santé : dimanche 10 février 2019

Témoin d’une bonne nouvelle, cette affirmation peut sembler inadaptée pour la Pastorale de la Santé. Et pourtant !

Dans notre monde, le simple fait de visiter des personnes à titre gratuit est déjà un témoignage. Le pape François précise : « Ces gestes de don gratuit, comme ceux du bon samaritain sont la voie la plus crédible de l’évangélisation  [..] Ils défient l’individualisme et la fragmentation sociale contemporaine pour établir de nouveaux liens et diverses formes de coopérations humaines. » (Message du pape François pour la journée des malades, 11 février)

En côtoyant des personnes marquées par la maladie, le handicap et le vieillissement, le visiteur touche de près la fragilité de sa condition humaine. Il lui devient possible de vivre une solidarité authentique et un sens affiné du bien commun. Cet autre témoignage va à contre-courant de personnes qui considèrent leur existence comme une possession personnelle ou une propriété privée, manipulable selon leur désir et leur convenance.

Enfin le visiteur voit, dans certains accompagnements en fin de vie, des signes de Vie, de Foi et d’Espérance qui lui donne d’entrevoir la présence de Dieu au milieu des hommes ! Il est saisi alors d’une émotion intérieure qui le fait exulter de joie : « je te bénis, Seigneur du ciel et de la terre, parce que tu caches bien ces choses aux sages et aux intelligents et que tu les révèles à des tous petits, oui Père, tel est le choix de ton amour » Lc 10.21

Voilà pourquoi, même confrontée à des difficultés dans sa mission, parfois à des persécutions parce qu’elle rappelle la valeur de la vie, la Pastorale de la Santé propose ce dimanche d’action de grâce, de joie !

Que chaque aumônerie, paroisse, famille rassemblée autour d’une personne malade célèbrent le don de la vie et contemple comment la détresse, la souffrance traversées ont léguées à tous, un surcroit d’humanité. Ce jour – là, pourquoi pas prendre le temps de se regarder les uns les autres comme des VIVANTS et échanger « il est bon que tu existes ! Oui cela est très bon ! »

Sont associés  à cette fête : tous ceux qui donnent de leur vie pour honorer, protéger, accompagner, consoler soigner des personnes souffrantes, fragilisées et démunies.

Continuons de demeurer au chevet de l’humanité, comme garants de la vie, signe de la miséricorde et de la tendresse de notre Dieu.

Marcel GILGENKRANTZ