Publication de l’Exhortation apostolique «Gaudete et exsultate»

 A l’occasion de la sortie de l’exhortation apostolique  « Gaudete et exsultate » du Pape François sur l’appel à la sainteté dans le monde actuel, Monseigneur Jean-Marc Eychenne, évêque de Pamiers et membre du Conseil pour la communication de la Conférence des évêques de France revient sur la vision générale du Souverain Pontife à propos de la sainteté.

Le Pape François poursuit sa mission d’exhortation paternelle du Peuple de Dieu en nous rappelant que nous sommes appelés à rien de moins que la sainteté. Il voudrait nous faire comprendre que nous sommes dans le temps d’un christianisme exigeant qui ne peut se satisfaire d’édulcorer les appels du Seigneur dans l’Évangile en les délayant dans l’esprit du monde. Peu après le début de son pontificat, le 28 avril 2013, il s’adressait à de jeunes confirmands avec ces mots « Nous chrétiens nous ne sommes pas choisis par le Seigneur pour de petites bricoles, allez toujours au-delà, vers les grandes choses. Jeunes, jouez votre vie pour de grands idéaux ! » Autrement dit, il nous appelle à jouer notre vie sur le Christ…

Est-ce à dire que la vie chrétienne ne serait accessible qu’à des personnalités dotées d’intelligence et de volonté exceptionnelles ? Non, c’est presque exactement le contraire que nous explique, en bon pédagogue, le Pape François. Le chemin dessiné ici, est un chemin pour les gens ordinaires (ni gnostiques, ni pélagiens) ; pour ces pauvres en force, en vertu et en intelligence, que nous sommes. Faibles donc, mais qui mendient la grâce de l’Esprit leur permettant d’incarner dans leur vie les béatitudes évangéliques (commentées pas à pas dans l’exhortation). « La sainteté des gens ordinaires » : nous reconnaissons là un thème cher à Madeleine Delbrêl… Il est donc question d’une union au Christ déployée non pas seulement dans des situations exceptionnelles et parfois dramatiques (nous pensons aux martyrs contemporains), mais, le plus souvent, dans la banalité de notre quotidien. Comme il en a l’habitude, le Pape se plaît à faire référence à des situations concrètes d’une vie familiale, professionnelle ou communautaire, pour donner chair à son propos. Chacun de nous peut s’y retrouver un peu.

Mais, si le défi n’est pas de nous appuyer sur notre intelligence (idéologie) ou notre volonté (mise en œuvre rigoureuse d’une stratégie), mais plutôt de nous laisser « agir » par l’Esprit, pour être d’autres Christ pour aujourd’hui, comment s’assurer que ce soit ce Souffle qui nous conduise et non d’autres influences (esprit du mal) ? Ici notre Pape, Jésuite, nous appelle à nouveau, et avec insistance, à un vrai travail, individuel et collectif, de discernement des esprits. Puis, pour finir, il nous présente Marie, Sainte Marie, comme modèle de disponibilité active et joyeuse à l’action de l’Esprit.

Le bain du baptême est un bain de joie et d’allégresse, qui fait de nous des saints (Mt 5, 12). Le livre des Actes des Apôtres, que la liturgie nous offre en ces jours, manifeste si bien cela !

Source : cef.fr

Approfondir votre lecture